se ami litalia diglielo nella sua lingua

Nos activités

  depliants 2017

Le programme des activités du semestre est téléchargeable en cliquant sur l'image ci-dessus
(mis à jour le 2 décembre)

Lo Zingarelli

Un mot italien vous échappe ?

ZanTip 02Faites-y un double-clic : vous obtiendrez sa définition.

Soyons social !

... mais sans tracking*

facebook logo

Notre page facebook...

 

rss

Suivez le flux RSS du site...

 

* c'est à dire sans que cette petite image bleue enregistre malgré vous votre simple visite de ce site.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Ceci tout en respectant les règles concernant la vie privée. En savoir plus

J'ai compris

Les seuls cookies utilisés par ce site entrent dans la catégorie de ceux exemptés de consentement préalable telle que définie par la CNIL sur cette page : Sites web, cookies et autres traceurs.

Par exemple un cookie, nommé cookieaccept, va enregistrer dans votre navigateur votre clic sur le bouton "J'ai compris" pour éviter de vous présenter ce bandeau à chaque nouvelle visite du site.

Nos boutons Facebook, Linkedin, etc sont de simples liens qui ne transmettent aucune information avant d'être cliqués.

Bref, nous affichons ce bandeau pour être en règle mais n'enregistrons ni ne transmettons aucune donnée à caractère personnel.

La prima linea au Lido Préparer l'article pour l'imprimer E-mail

L'affiche italienne du film

Sortie le 14 avril 2010 du film de Renato de Maria.

Le jeune cinéma italien se penche à nouveau sur les sombres «années de plomb» qui ont endeuillé et divisé le pays . «Le Rêve italien» de Michele Placido se mue en cauchemar sanglant. Renato De Maria démonte dans La Prima linea le mécanisme pervers qui pousse un groupe d’activistes aux nobles idéaux et soutenus par le peuple à passer à la lutte armée et s’enfoncer dans une spirale de violence qui conduira à les discréditer auprès de la population , entraînera la dissolution du mouvement et leur perte.

Le film a suscité en Italie de nombreuses polémiques avant sa sortie, certains craignant que l’on ne donne une image trop positive des membres de ce groupe, qu’ils ne deviennent des héros.

Arrêté par les carabiniers, Sergio Segio (Riccardo Scarmacio) est en route vers la prison où il restera plus de vingt ans. En flash-back, il revoit son action militante, la clandestinité, les débats sur les justifications de la violence, les passages à l’acte (dont l’attentat contre le juge Alessandrini abattu en 1979) et son histoire d’amour avec Susanna (Giovanna Mezzogiorno). Intense suspense lorsqu’il s’apprête à la faire libérer de la prison pour femmes de Rovigo : l’une des plus audacieuses et des plus violentes évasions de cette époque.

Renato De Maria évite tout romantisme facile et toute empathie à l’égard de ses personnages coupés du monde et devenus des assassins. Aidé par d’excellents interprètes, il va à l’essentiel, en évitant tout point de vue suspect à l’égard de cette douloureuse et tragique période de terrorisme qui impliquait nombre de jeunes Italiens dans des actes de violence politique.

Caroline Boudet-Lefort (du site Altritaliani.net)

 


Voir aussi:

En italien :
  • Le film sur cinemaitaliano.info (revue de presse, bande annonce italienne) et sur Wuz.it (Interview de Luc Dardenne, co-producteur)