se ami litalia diglielo nella sua lingua

Nos activités

  depliants 2017 1b

Le programme des activités du semestre est téléchargeable en cliquant sur l'image ci-dessus
(mis à jour le 6 avril)

Lo Zingarelli

Un mot italien vous échappe ?

ZanTip 02Faites-y un double-clic : vous obtiendrez sa définition.

Soyons social !

... mais sans tracking*

facebook logo

Notre page facebook...

 

rss

Suivez le flux RSS du site...

 

* c'est à dire sans que cette petite image bleue enregistre malgré vous votre simple visite de ce site.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Ceci tout en respectant les règles concernant la vie privée. En savoir plus

J'ai compris

Les seuls cookies utilisés par ce site entrent dans la catégorie de ceux exemptés de consentement préalable telle que définie par la CNIL sur cette page : Sites web, cookies et autres traceurs.

Par exemple un cookie, nommé cookieaccept, va enregistrer dans votre navigateur votre clic sur le bouton "J'ai compris" pour éviter de vous présenter ce bandeau à chaque nouvelle visite du site.

Nos boutons Facebook, Linkedin, etc sont de simples liens qui ne transmettent aucune information avant d'être cliqués.

Bref, nous affichons ce bandeau pour être en règle mais n'enregistrons ni ne transmettons aucune donnée à caractère personnel.

Un héros de notre temps (Ciné-Club Primissimo Piano) Préparer l'article pour l'imprimer E-mail

un heros de notre temps affiche it w

Le mardi 7 février 2017 à 20h30

Espace Jules Noriac

Un héros de notre temps
(Un eroe dei nostri tempi)
un film de Mario Monicelli, 1955, 1h30min, noir et blanc, vostf
Avec Alberto Sordi, Franca Valeri, Giovanna Ralli, Alberto Lattuada..…

Délateur, peureux, menteur, timide, Alberto vit encore dans les jupons de sa mama et d’une vieille bonne à tout faire. Cherchant constamment à éviter tout conflit, toute implication dans le travail, avec les femmes, avec la police… Éternel gaffeur il a néanmoins le don pour se fourrer dans les pires ennuis. Plus il tente de s’expliquer, de s’extraire d’un mauvais pas, plus il s’enfonce… Finira-t-il par couler ?
Dans Un héros de notre temps Monicelli, aidé par le chef monteur du film Le jardin des Finzi Contini (Vittorio de Sica), nous offre une comédie folle, savoureuse et impitoyable menée tambour battant par Alberto Sordi (futur Golden Globe du Meilleur acteur  en 1963 pour son rôle dans L’Amour à la suédoise). Nino Rota signe une bande originale marquante pour la musique.

 

  MONICELLI 02 w

Mario Monicelli


    Né à Viareggio en 1915, il étudie l’histoire et la     philosophie à Milan et Pise. Fils de Tomaso         Monicelli fondateur de la première revue de         cinéma Lux e Umbra, il débute lui-même comme     critique de cinéma. Puis il se tourne vers l’écriture     de scénarios et la réalisation. Dès le début de sa     carrière avec Gendarmes et voleurs (1951), Mario Monicelli s’affirme comme le plus engagé des auteurs de comédies du cinéma italien. Il est celui qui derrière le masque de la caricature, aura su jouer avec le plus d’aisance de tous les registres d’expression - de la parodie de L'armata Brancaleone (1966) à la chronique noire de Un bourgeois tout petit, petit - tout en restant le plus attaché au genre comique. Sa filmographie ne comporte que quelques drames au milieu d’un océan de comédie pour lesquelles de 1957 à 2005 il recevra une vingtaine de récompenses.

 

 Quelques (bonnes) critiques

Un eroe dei nostri tempi est à la fois un des premiers films à se moquer de la petite bourgeoisie et une esquisse encore très brouillonne des futures incarnations de Sordi dans son rôle fétiche d’Italien moyen lâche et opportuniste. Alors que le néoréalisme donne une image très sérieuse de l’Italie et de son cinéma, la comédie dite « à l’italienne » en est son penchant satirique. C’est de ce côté-ci que Alberto Sordi va essayer de trouver sa place.  Il profite de chaque rôle pour explorer les bassesses de l’homme. Expliquer Sordi à un français relève du défi tellement son "italiénitude" fait écran. «Albertone» incarne le romain moyen dans l’Italie des années 1940 à 1970, déculpabilisant tous ses concitoyens de leurs penchants à la fourberie, la lâcheté, l’opportunisme.
« Du Nord au Sud, tous les italiens se reconnaissent en lui : immense exploit national ! L’unité italienne s’est faite aussi avec Sordi »
(Anne Dessuant dans l’hommage rendu à Alberto Sordi  au 44ème Festival International du film de La Rochelle, 2016)

« On a beaucoup glosé sur le néoréalisme, sur sa noble descendance, mais pas assez sur la comédie italienne des années 1950-80, formidable vivier comique, inépuisable mine satirique. Mario Monicelli fut un de ses auteurs phare qui, dans ses meilleurs moments, sut magnifier la cruauté humaine avec une rare acuité... L’inquiétude se diffuse dans tout le film, au-delà de son héros. Bien avant que les Brigades rouges ne fassent trembler l’Italie, le terrorisme semble prégnant. La méfiance est partout… Bref, Monicelli utilise génialement et avec légèreté des ressorts quasi policiers pour susciter le rire. Prolongement piquant des Vitelloni de Fellini, le film tire énergie et saveur de sa litanie de malaises et de dysfonctionnements sociaux» (Vincent Ostria, Les Inrocks, 2015)

« ...on reconnaît bien là l’approche subtile et sensible de Monicelli, capable de tirer les comportements pathologiques vers une émotion inattendue sous les rires. Les farceurs de Mes chers amis (1975), le séducteur frénétique de Casanova 70 (1965) ou les fomenteurs de putsch de Nous voulons les colonels (1973), tous dissimulent dans leurs attitudes excentriques et tapageuses un malaise ou une douleur latente. La rédemption ne tient toujours qu’à un fil, à l’image de cette conclusion ambiguë dans laquelle Alberto va enfin trouver la sécurité qu’il recherche dans une nouvelle profession plutôt exposée.» (Justin Kwedi, DVDclassic.com)

« À travers le personnage d’Alberto et de ses comparses, Monicelli propose la vision pessimiste d’une société individualiste, perpétuellement à la recherche d’une sécurité illusoire. Des être immatures, hantés par la peur, y vivent une existence médiocre, incapables de vrais sentiments. Certes, les femmes sont un peu épargnées par ce jeu de massacre : mais la tante est en partie responsable de ce qu’est devenu Alberto et l’histoire de la veuve est bâtie sur des mensonges. Pas de quoi pavoiser donc, avec ce point de vue si tristement contemporain que le film pourrait servir aujourd’hui d’illustration à un cours de sociologie.
Un Héros de notre temps n’est pas un chef-d’œuvre, mais, malgré une mise en scène en retrait, cette comédie grinçante portée par un Alberto Sordi de génie est une satire bienvenue, qui conserve sa force et sa acuité. Détail amusant : Fernando est incarné par un Bud Spencer presque méconnaissable dans sa première apparition au cinéma.» (François Bonini, Avoir-Alire.com)

« ...Un peu comme Louis de Funès le fera, plus tard, en France, Alberto Sordi rend populaire, presque attachant, un antihéros, parfait symbole, pour le cinéaste, de l'Italien postfasciste. Nous sommes en 1956...» (Pierre Murat, Télérama)

Des liens pour en savoir plus

Ciné-club Flyer Un heros de notre temps w

Le film est en version originale sous-titrée.

Il est présenté dans le cadre de Primissimo Piano, l'activité ciné-club de la Dante Alighieri,

 

Adhésion ciné-club (carte jaune Interfilm valable pour la saison 2016-2017) : 1 €;  Carte offerte aux membres de la Dante Alighieri.

Participation aux frais : 4 €, réduit 3€.

Pot convivial à l'issue de la projection.


Si vous souhaitez participer à la diffusion de l'information pour cette projection vous pouvez télécharger et distribuer le prospectus ci-joint : cliquez sur l'image et imprimez le pdf.

 logo PP t 300dpiMerci de participer et à bientôt au cinéma !

logo dep87logo culture87Manifestation organisée grâce au soutien
du Conseil Départemental
de la Haute-Vienne

en partenariat avec l'Espace Noriac
(10, rue Jules Noriac)